EDITO

Généralement, quand on découvre une série télé, ce n’est pas tant le pilote qui fixe le feuilleton, mais le second épisode. Le premier épisode n’est qu’une entrée en matière, traçant les grandes lignes, alors que le second impulse véritablement le rythme de croisière de tout un programme. C’est ce que nous avons voulu pour ce nouveau numéro de VoX magazine : impulser le mouvement que nous avions amorcé dans le n°1. Dans cette idée, nous espérons d’ailleurs que les futurs numéros aillent encore plus loin.

Anonymous est polymorphe, en constant mouvement, impossible à définir dans le cloisonnement d’une étiquette d’un dictionnaire, ce que divers médias ou politiques essayent de faire. Nous voulons dans ce même esprit que chaque numéro se distingue des autres, car les actions et les objectifs d’Anonymous sont divers. Si ces actions sont diverses, c’est parce que les crises et les bouleversements sont légions.

 Et des bouleversements de grandes envergures, il y en a. A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, le « printemps érable » gronde dans les rues du Québec, mais aussi sur la toile via des actions diverses soutenues et parfois initiées par Anonymous. Une première loi, visant à augmenter considérablement les frais universitaires, a semé les graines de révoltes ; une seconde loi limitant [devrions-nous dire « abolissant »] le droit de manifester a contraint les jeunes pousses à éclore. C’est le droit et le devoir qui font la loi, non l’inverse. Souvenons-nous des enseignements des Lumières : « Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi ; mais elle doit être loi parce qu’elle est juste  ». Quand les lois sont injustes, elles doivent être combattues.

N’omettons pas d’évoquer nos frères syriens, emprisonnés entre un régime tyrannique et meurtrier, des milices disparates, des enjeux économiques, géopolitiques et religieux confus, et une ONU à court de solutions. 13 000 morts jonchent le sol syrien, 13 000 morts de trop.

N’oublions pas les Grecs, avec des représentants incapables de poser un terrain d’entente, partagés entre espoirs fous, indifférences fatalistes, colère combative ou haine idéologique. Le parti néo-nazi Chryssi Avghi, qui a récemment acquis des sièges au parlement grec, a tout pour nous faire froid dans le dos en nous rappelant les pires discours (et actions qui peuvent en découler)d’un certain Adolf. Et là, nul besoin d’invoquer un point Godwin ou de crier au raccourci facile et caricatural, le rapprochement est malheureusement évident.

Mais dans ce flux d’informations continues, le pire serait peut-être de s’abandonner au défaitisme, à l’indifférence ou à la peur, de marmonner enfoui dans le canapé « le monde ne tourne pas rond ». Dans la lutte contre les lois liberticides ou les idéologies tyranniques et totalitaires, nous sommes tous concernés, quel que soit notre pays, notre culture, nos engagements ou non-engagements politiques. Se battre pour les autres, même si nous ne sommes pas directement concernés, c’est aussi se battre pour soi. Il ne s’agit pas uniquement de se dire « combattons le pire », mais plutôt de crier « combattons pour le mieux » et si possible avec le sourire, non le sourire cynique ou moqueur, mais le sourire créatif et récréatif.

Ce numéro 2 n’est pas directement lié à l’actualité, bien que nous traitions dans nos pages des exhibitions niçoises dans une enquête que nous leur consacrons. Il s’attèle plutôt à poser des enquêtes et des dossiers sur les figures et thématiques associées à Anonymous. Nous vous proposons donc une découverte de Guy Fawkes, l’homme qui prête son visage au personnage de V dans le comic d’Alan Moore et de David Lloyd dans V For Vendetta, dont le masque est aujourd’hui associé à Anonymous. Tout en restant dans l’enquête historique, nous avons voulu présenter l’Anonymat dans l’histoire, de l’antiquité à nos jours. Nous accueillons une nouvelle rubrique « Focus », dont Frédéric Bardeau nous a fait la joie d’écrire l’article « Yes, there are girlz in Anonymous ». Enfin, à usage pratique, un petit tutoriel vous permettra de joindre les channels Anonymous sur IRC.

Soyez libres,

soyez ouverts, soyez critiques

Bonne lecture !

 

Clarifications à propos du magazine

VoX est un magazine libre de diffusion et non-officiel. Non-officiel pour la simple raison qu’il n’existe pas et qu’il n’existera pas de discours ou de représentants officiels Anonymous. Ne vous méprenez pas sur le titre, VoX n’est pas la voix d’Anonymous, il n’en existe pas. Nous ne prétendons à aucune légitimité. VoX est l’une des très nombreuses tessitures qui composent le Chœur. Le rôle que nous nous sommes donné est de présenter au fil de nos numéros ces différentes voix.

Nous essayons de travailler sérieusement, sans non plus trop se prendre au sérieux. Nous pensons que le rire, l’humour et l’autodérision sont fondamentaux à l’esprit d’Anonymous, et plus globalement à l’esprit d’internet.

Les membres de l’équipe sont bénévoles, ne retirent aucun bénéfice, de quelque nature que ce soit, dans l’élaboration de ce magazine. Les membres ne se disent pas tous Anonymous, mais nous avons en commun de préserver notre anonymat, tout comme nous nous donnons le devoir de protéger celles des autres.

Comme Anonymous, VoX est apolitique,  nous nous refusons que le magazine soit instrumentalisé par un esprit partisan. Nous pourrons condamner des mesures politiques, mais jamais au nom d’un parti.

VoX invite toutes les bonnes volontés à se joindre à l’équipe, mais nous demandons un minimum de compétences et de sérieux afin de donner le meilleur à nos lecteurs. Nous vous invitons aussi à débattre, à critiquer. Pour cela, vous pourrez nous retrouver sur le chan #vox sur Anonops (IRC).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s