Le projet CleanIT

stop_cleanit___by_opgraffiti-d5j6vx4

CleanIT est un projet privé soutenu financièrement par l’Union Européenne. CleanIT s’ est fait connaître lors d’un leak d’un de ses documents les plus scandaleux : CleanIT discute, envisage des solutions, propose des idées pour lutter contre le terrorisme, son recrutement et sa manipulation des jeunes gens sur le web. Dans cette optique, CleanIT avait proposé la suppression de l’anonymat sur la toile, l’ obligation d’ être sur Internet avec sa vraie identité. Ce projet anti-anonymat dangereux (hé oui, pour certains, s’ exprimer sans anonymat sur la toile, c’ est risquer de se faire condamner à mort), a attiré tous les regards des défenseurs de la liberté sur Internet, mais a finalement été abandonné au vu du scandale et de l’objection de certains membres de CleanIT. Mais CleanIT a d’autres idées, tout aussi dangereuses, remettant en question la neutralité du réseau ainsi que la liberté d’expression :

  • La mise en place de boutons «d’alerte» dans tous les navigateurs web et logiciels tels que Skype. Ces boutons de délation permettraient d’alerter plus facilement les autorités des méchants terroristes qui ne cessent de nous empoisonner lors de nos navigations sur le web. Évidemment, Firefox, Internet Explorer ou Opéra seraient dans l’obligation de s’ équiper de ces boutons. Après négociations, il semblerait que cette idée ait été partiellement abandonnée, mais le bouton resterait sur les logiciels de chat comme Skype. On imagine déjà les dérives et l’inefficacité d’un tel bouton : il va faciliter surtout les règlements de comptes, c’est tellement simple d’ appuyer sur un bouton à la moindre contrariété face à son interlocuteur. On va avoir des lolcats, qui, s’étalant sur le clavier, vont envoyer la DCRI enquêter sur ta mère et des bébés qui tripatouillant la souris, vont dénoncer leur cousine de 4 ans qui habitant loin, usant déjà de Skype pour faire son sourire à son cousin.

Le filtrage :

Toujours avec cette obsessionnelle idée de lutte contre le terrorisme, CleanIT souhaiterait filtrer le web. Certains sites seraient considérés comme dangereux et blacklistés.
Cette idée pose problème à plusieurs niveaux :

  • Où se situerait le filtrage ? La discussion est en cours, mais on ne peut que constater les idées nauséabondes qui en ressortent. CleanIT avait pour idée d’imposer aux FAI ce filtre, FAI qui seraient forcés de proposer un internet filtré, censuré, sans que personne, ni le consommateur, ni le fournisseur ne puisse s’y opposer. D’ autres variantes de ce filtre ont été proposées, comme permettre aux FAI ou aux consommateurs de s’ en équiper ou non. Rien n’ est fixé encore.
  • Qui serait évincé du web ? Les terroristes. Or le problème c’est que CleanIT ne définit pas sa notion du terrorisme. On se rappelle qu’aux USA, Anonymous est considéré comme cyberterroriste, que des associations écolos sont classifiées comme écoterroristes bien qu’ aucune de ces organisations ne fasse de morts ou de blessés et ne sème pas cette terreur propre au terrorisme. Sans définition, on peut tout se permettre, on pourrait alors qualifier n’ importe quel mouvement contestataire de terroriste.
  • Par qui seraient évincés les « terroristes » du web ? Des entreprises privées, sans même le passage par la case judiciaire ou quelconque autorité légitime. Cela semble impossible selon les différentes législations des pays de l’Union Européenne. Cependant, des astuces sont toujours trouvées et ce point particuliérement inquiétant sera à suivre au fur et à mesure des avancées du projet.
  • Comment serait filtré le web ? Si l’ on trouve peu de documentation à ce sujet, on se doute de la méthode. Rappelons-nous ce centre de tri représentant le réseau et son facteur. Le filtre serait installé par les FAI qui remplaceraient les facteurs neutres par des facteurs Big Brother ouvrant le courrier et décidant du «bon» ou du «mauvais courrier», jetant sans vergogne les courriers qu’ils étiquetteront terroristes. Donc votre site avec juste une image et un texte humoristique sur Ben Laden pourrait être évincé du Web par ces seuls critères. Voir l’ article précédent sur la censure page 29 où un dessinateur s’est vu accusé de pédophilie sous le halo de LOPPSI pour une BD.

CleanIT a également des projets moins idiots IRL comme l’ éducation des enfants à détecter et à contrer les discours extrémistes dangereux, ou la mise en place d’un centre d’appel pour parents en détresse qui ne savent pas gérer leurs enfants face à Internet ou inversement. On souligne également la très importante participation de Pascal Gloor, membre du Parti Pirate suisse, à qui on doit certainement ces changements constants de direction du projet CleanIT. Il s’ oppose vivement à toutes les mesures extrêmes comme l’interdiction de l’anonymat. Il veille au grain :

« De manière générale, mieux vaut prévenir que guérir. Ce proverbe bien connu prend tout son sens en politique, surtout pour les petites formations politiques. L’influence au niveau des législatifs étant très limitée, par exemple pour le Parti Pirate, il faut s’attaquer aux projets en amont, avant que ceux-ci n’arrivent aux législatifs. En discutant avec les personnes qui proposent des lois, négocient des accords internationaux, etc… On peut assez facilement, avec de bons arguments, limiter les dégâts avant même que ces propositions arrivent aux parlements. N’ y voyez rien de mal, il s’agit d’expliquer certains problèmes, de pointer du doigt des aspects ou des effets pervers des propositions à la source ».

Sources

Une réflexion au sujet de « Le projet CleanIT »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s