Bye Bye… VoX

vox

VoX s’arrête !

Toutes les belles aventures prennent fin, la fin étant bien souvent donatrice de sens du chemin parcouru.

Le projet VoX est né en février 2012 dans la volonté d’offrir une alternative dans la médiation anonymous.

Cette alternative, quelle était-elle ?

Un magazine non pas d’Anonymous, mais sur Anonymous. La nuance est bien là : VoX parle d’Anonymous sans pour autant être un média anonymous. En le créant, nous avions en tête que l’indépendance d’un média doit être totale et que, pour se faire, celui-ci ne doit avoir aucune attache.

C’est au nom de cette même indépendance que VoX prend fin aujourd’hui.

Pour des raisons que nous ne développerons pas, l’esprit de VoX n’est plus vraiment en adéquation avec Anonymous. Nous soutenons Anonymous et nous continuons à soutenir l’innovation perpétuelle de ce mouvement. Mais quand deux personnes qui se respectent mutuellement ne sont plus sur la même longueur d’onde, elles viennent parfois à s’éloigner l’une de l’autre pour éviter de s’entraver réciproquement.

VoX quitte donc Anonymous avec la plus profonde déférence.

Nous espérons de tout cœur qu’ Anonymous continuera noblement la lutte, et nous ne manquerons pas, sous d’autres traits, de lui prêter main forte si besoin est.

Nous remercions tous nos lecteurs et contributeurs, et nous nous excusons si ce soudain point final vous heurte.

Nous savons que certains ne comprendront pas notre décision, mais nous pouvons néanmoins vous assurer que cet arrêt s’est présenté en ces circonstances comme le choix le plus cohérent avec ce que nous avons toujours aspiré.

Sachez que les derniers articles prévus initialement pour le prochain numéro de VoX seront publiés ici même, sur le blog, dans le respect du travail accompli.

Difficile de trouver les mots justes pour un au revoir. Ne trouvant pas les mots de la fin, nous citerons les mots du début de VoX, cette citation de la Boétie :

 « Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres »

Publicités

Changement d’adresse !

prooops -

Les anons franco’ déménagent  (et VoX aussi) !

Pour ceux qui connaissent déjà l’IRC et qui ont déjà pu rejoindre anonops, c’est simple voici la nouvelle adresse : irc.prooops.eu ; port : 6697

A noter que vous pouvez venir via Tor ; voici quelques explications issu de http://pastebin.com/uTxaC0dL :

Lire la suite

Joyeux Anniversaire VoX !

vintage-ancien-wtf-31Le 14 février 2012, sur Anonops (un des gros serveurs IRC Anonymous), quelques anons soumettent l’idée de développer un nouveau média Anonymous qui prendrait la forme d’un magazine. L’idée séduit d’autres anons qui s’associent ensemble pour donner naissance au projet VoX (initialement appelé VOX ANONYMOUS).

L’idée motrice de VoX est la suivante : les médias traditionnels ont la fâcheuse tendance de présenter une image d’Anonymous erronée et caricaturale ; il devient dès lors nécessaire de casser ces préjugés et autres caricatures en développant un média alternatif à l’intérieur même des réseaux anon. Des médias anon de qualité existaient déjà, mais ils prenaient généralement la forme de newsblogs, de relais. VoX cherche à se détacher de l’aspect « news » des blogs actuels en essayant au contraire de poser les choses, de prendre du recul vis-à-vis de l’actualité, de lancer des débats auprès des Anons. Autrement dit, VoX veut prendre du temps dans un monde où l’information va (trop) vite.

Les sujets de VoX sont assez vastes : présentation et explication des opérations anons en cours, rappels historiques, rétrospectives et réflexions sur des sujets ou des thématiques liés aux anons.

Lire la suite

Quand le geek se transforma en con-sot-mateur…

geekForce est de constater que les médias, les nouvelles générations et différentes pratiques ou marques – tels que, respectivement, Facebook ou Apple – ont transformé tranquillement, mais sûrement le terme « geek ». Du temps 1.0, cette époque où l’accès à l’informatique était encore marginal et que peu de gens maîtrisaient cette bête qu’on nomme ordinateur, le geek était ceci :

« Geek (/gik/), parfois francisé en « guik » est un terme d’argot américain, qui désigne une personne renfermée et extrêmement pointue dans un domaine précis (souvent lié aux nouvelles technologies). Du fait de ses connaissances pointues, le geek est parfois perçu comme trop cérébral. » Wikipédia

Le geek était donc, en tant que stéréotype, un type un peu gras qui se nourrissait que de junk food (ou à l’inverse tout maigre comme une branche de céleri) tout en démontant/remontant son PC, bidouillant ses logiciels, programmant pour le plaisir. Il était célibataire, sa sociabilité s’arrêtait à une communauté d’informaticiens/hackers/autres geeks. Il aimait forcément Star Strek, la fantasy, la SF, ou avait un domaine de prédilection dans un tel univers de fiction (sauf des fictions telles que plus belle la vie, entendons-nous bien). Attention le geek n’était pas forcément no-life (ceux qui passent un temps infini sur les jeux de rôle en ligne), mais pouvait quand même cumuler sa geekerie et sa no-life. Voilà pour le portrait extrême du geek 1.0 d’origine.

Lire la suite

VoX 4

Et voilà VoX 4 !

Au programme :

  • Anonymous : entre transparence et opacité
  • Histoire de la censure
  • Chroniques de la censure ordinaire
  • Adieu, Internet libre ?
  • #OpBigBrother
  • Annexe WCIT
  • Consulter le magazine via Issuu :

couverture4b

  • Consulter /Télécharger le PDF :

couverture4b

Bonne lecture !